GUERRE AUX BALKANS

L'embrasement des Balkans n'aura donc pas lieu. Après plusieurs mois de négociations, Slobodan Milosevic a capitulé. En envahissant le Kosovo, il n'aura pas comme il le souhaitait, réussi à étendre le conflit, afin qu'il se transforme en guerre mondiale.

Pas de chance, aucun Etat, aucune Nation, ne l'a soutenu dans son désir démentiel de purification ethnique au Kosovo, où des Albanais étaient venus s'installer.
A la suite de l'accord de paix, la KFOR, force internationale de paix, s'est substituée progressivement à l'armée serbe et c'est avec la rage au ventre, que celle-ci, a reflué vers la Yougoslavie. Après le départ du dernier soldat, les bombardements de l'O.T.A.N. ont donc cessé sur la Serbie.

Les observateurs peuvent maintenant mesurer l'étendue des dommages causés par l'idéologie barbare d'un homme : Milosevic.

Le Kosovo a été vidé de sa substance. L'incursion velléitaire des soldats serbes a provoqué un profond bouleversement dans ce pays. Pratiquement toutes les maisons des villages appartenant aux Albanais, ont été pillées, vandalisées et brûlées.

La KFOR découvre des lieux de tortures ou des fosses communes. Les réfugiés, ou ceux qui étaient restés, parlent. Ils racontent que les hommes en état de combattre étaient séparés des femmes et entraînés de force au combat. Les Serbes obligeaient celles-ci et les personnes âgées à quitter le pays. Le long exode des milliers de personnes dont on voyait les images à la télévision en était un témoignage probant.

Ils parlent des atrocités dont ils ont été l'objet, des milliers de personnes qui ont été torturées, abattues parfois sauvagement, des supplices endurés, des viols en série pratiqués par les soldats. Sous leurs yeux, des enfants ont vu massacrer des membres de leur famille ou leur amis. On parle à ce jour de 10000 morts ! D'autres découvertes macabres feront malheureusement réviser ce chiffre à la hausse.

Nul doute que l'U.C.K, force de libération du Kosovo voudra infliger aux serbes le même châtiment qu'ils ont subi. L'intervention de la KFOR devrait tempérer les ardeurs revanchardes des Kosovards.

Une autre guerre aussi dévastatrice celle-là, doit être également relatée, mais en Serbie cette fois : les milliers de tonnes de bombes déversées sur les infrastructures routières, les usines, les points stratégiques, les stations électriques, les raffineries, les relais hertziens, les ponts, ont provoqué dans ce pays, des dommages incommensurables.

Il faudra des années pour que la Serbie se remette d'un tel gâchis, provoqué uniquement par la folie réfléchie d'un homme.

Il va falloir maintenant rapprocher les hommes de ces pays déchirés par les atrocités de la guerre et reconstruire la paix.

Beaucoup pensent "qu'il n'y avait qu'à arrêter cet homme, voire le tuer avant qu'il envahisse le Kosovo. Les exactions, la destruction des villages auraient été évités.

Facile à dire, mais pas si facile à faire. Les arcanes de la politique ne sont pas toujours perceptibles. En outre, on ne comprend pas toujours la démarche des instances dirigeantes des Etats. C'est la politique avec tout ce qu'elle peut comporter de mystères, d'interrogations, de sournoiseries et d'hypocrisies....

Milosevic sera-t-il jugé un jour par le tribunal de la Haye ? Les exactions dont il est sans conteste à l'origine seront-elles sanctionnées un jour ?

Rejeté sur le plan international, de plus en plus isolé à l'intérieur de son propre pays, que va-t-il devenir ? Comme tous les dictateurs, il sera châtié, à moins qu'il ne se suicide...

Il n'y a pas si longtemps, dans les années 20, au nom de l'idéologie marxiste, la population soviétique subissait le même sort que les Kosovards. Les morts se chiffraient alors en millions....

A l'aube du troisième millénaire, rien n'a vraiment changé. Après 2000 ans d'histoire d'Europe, les conflits entre les peuples existent toujours. Espérons que l'Union Européenne saura garantir la paix.

C. HOMBERT

Juin 1999