UNE SEULE JUSTICE : LA MORT

Une fois le couvercle du cercueil refermé, la lumière ne revient plus. C'est une évidence. La lumière, c’est la naissance, la source de vie, l'existence d'un être. Puis un jour, cette lumière se transforme en ténèbres. Ténèbres représentées par un monde chimérique, illusoire, d'où personne ne revient, et pour cause.

Cet autre monde que l'on dit idyllique, merveilleux, extraordinaire. Ce monde où tout est parfait, dans lequel nous vivrons paraît-il tous en paix et en parfaite harmonie.
Pauvres ou bourgeois, voleurs ou gentilshommes, croyants ou athées, tyrans ou démocrates, prétentieux ou modestes, la mort nous emportera tous un jour vers l'éternité, vers cet autre monde... Cet univers merveilleux issu de l'imagination de l'homme….

On déplore toujours les décisions de justice et selon la citation de La Fontaine : « Selon que vous serez puissants ou misérables, les décisions de justice vous rendront blanc ou noir », elle est différente. Pas très belle la justice des hommes. Heureusement, il y a une devant laquelle nous sommes tous égaux : la mort.

Cette mort réservée à tous, que l’on soit puissants ou misérables. Pour les puissants un sursis leur sera accordé. Grâce à leur fortune, ils auront la possibilité de se soigner et ainsi de prolonger leur vie un peu plus longtemps que les autres...
La mort n’épargnera pas les dictateurs qui ont rendu exsangue leur pays, fait souffrir des millions de personnes, déporté des populations entières, organisé des famines, tué atrocement des millions de personnes par idéologie. J'éprouve toujours de la  joie quand les médias annoncent le décès d'un spoliateur des peuples, d'un chef d'état despote, d'un hâbleur illustre. J'ai été ravi quand la justice naturelle a rendu son verdict de mort à Bokassa, à Pol Pot, à Mobutu. D'autres inévitablement suivront : celles du colonel Libyen Kadhafi, de Saddam Hussein en Irak... Ces hommes sans pitié, intransigeants, guidés par leurs convictions religieuses ne seront jamais inquiétés par la justice de leur pays ou la justice internationale. Leur peuple s’en chargera...
Les plus anciens tyrans, Lénine, Staline, Hitler, qui ont marqué l’Histoire de notre vingtième siècle, reposent malheureusement en paix. La justice des hommes n’a pas fait son œuvre pour eux. Ces illuminés n’ont jamais rendu compte à l'humanité et payé pour les innombrables forfaits, les actes de barbaries, les tortures, les supplices, les souffrances et les afflictions qu’ils ont fait subir à leurs semblables durant leur existence.

Certains martyrs sont mis à l’honneur, mais ils sont morts et leurs bourreaux coulent parfois des jours paisibles, protégés par leurs relations privilégiées, des courants d'opinions favorables ou plus simplement par une immunité diplomatique.

La mort les emportera quand même... A l'heure du dernier souffle, seront-ils tourmentés par les exactions qu’ils ont commises ? Penseront-ils à un Dieu qui les accueillera dans l’au-delà... dans l'autre monde ?

Qu’elles sensations peut-on ressentir une fois que l'on ferme les yeux définitivement ? Possède-t-on encore toutes ses facultés mentales, toutes ses aptitudes au discernement qui permettent d’appréhender cet instant ? Retrace t-on une dernière fois tous les moments de son existence ? Le mal que l'on a fait ?
La mort, garde son secret pour chaque individu...

C. HOMBERT
novembre 1998