CLINTON

Monica Lewinski, ancienne maîtresse de Bill Clinton risque de « faire tomber » le président des Etats-Unis d’Amérique. Le rapport accablant du procureur Kenneth Starr remis au Congrès, décrit d’une façon scabreuse et pornographique les relations sexuelles du président avec sa maîtresse.

Pire ! Ce même Congrès, a donné autorisation à la presse, d’éditer ce rapport, amputé de certains passages indécents, voir obscènes. Si le texte relate les penchants licencieux incontestables du président, il met aussi l’accent sur ses déviations sexuelles.
L’affaire prend des proportions telles, que le nouveau moyen de communication Internet, dont les Américains sont avides, s’est emparé de l’affaire : le rapport complet du procureur est en effet diffusé sur le « web ». La publication de ce rapport provoque même une onde de choc dans les milieux boursiers.

Et maintenant, c’est l’Europe à son tour, qui se montre intéressée par les frasques de Bill Clinton.

Même si elles sont répréhensibles, la divulgation de ces révélations a bien entendu pour but de déstabiliser et d’abattre politiquement l’homme public. En effet ce président démocrate a bien entendu des détracteurs- les républicains - qui cherchent par tous les moyens à porter atteinte à l’homme.

Malgré ce scandale, l’opinion publique américaine, accorde à Bill Clinton encore son crédit et reste favorable au président. Situation paradoxale, puisque le Congrès peut décider de sa destitution.

L’opposition exploite donc la situation. Situation qu’elle a peut-être elle même fomentée... Quand on sait que Kennet Starr est républicain... on peut se poser des questions, même si le fameux rapport met avant tout le mensonge en exergue.

Mais ce qui n’arrange pas les affaires de Bill Clinton, c’est son parjure. Il avait en effet juré sur la Bible qu’il n’avait jamais eu de relations sexuelles avec Monica Lewinski et martelait qu’il n’avait jamais trompé sa femme. Aujourd’hui devant les différentes autorités, devant les institutions religieuses, la population entière, il reconnaît qu’il a menti et demande pardon. Cela ne fait pas très sérieux, mais c’est l’Amérique...

Bill Clinton, qui avoue sa relation avec cette stagiaire de la Maison Blanche, ne pensait certainement pas qu’une description précise de celle-ci, serait diffusée sur la planète. Ces perversions ont de tout temps existé et il n’y a d’ailleurs rien de surprenant à cela.

Hillary, sa femme, qui le défend contre vents et marées, essaie tant bien que mal de sauver le couple... en apparence, car elle s'est considérablement ridiculisée.

Ces aveux ne font pas très sérieux. La grande Amérique, qui donne des leçons de morale au monde, cette Amérique puritaine, probe et vertueuse, passe maintenant pour un pays pas très digne où son honnêteté morale est maintenant mise à mal.

Il faut maintenant attendre la décision du Congrès américain, qui va examiner ce rapport. Il pourrait en effet se prononcer, à l’issue de son examen, pour la destitution du Président.

Imaginons en France une pareille saga ? Vu le nombre de maîtresses qu’il avait, il y aurait bien longtemps que l’ancien président François Mitterrand aurait été destitué.

Et si aujourd’hui, un Président de la République mourait comme Félix Faure, ancien chef d'état français, décédé en 1899, dans les bras d’une de ses maîtresses ?

Imaginons le scandale, le déchaînement des passions...

A sa décharge, le Félix Faure n’était pas marié...


C. HOMBERT

septembre 98