INTERNET

Internet, moyen de communication universel qui nous vient d'Outre Atlantique, n'obtient pas en France le succès escompté. Pourtant cette nouvelle technologie possède deux avantages indéniables : rapidité dans les échanges de communications en matière de texte et d'images animées et accès à une immense fédération de serveurs accessibles aujourd'hui par 35 millions d'ordinateurs personnels ! On mesure donc l'étendue des ressources que procure ce moyen de communication, qui génère la plus grande richesse d'informations jamais proposée à l'individu.

La belle invention du Minitel créé en 1982, qui permet d'accéder à des centaines de serveurs, est en passe d'être dépassée. Cette invention que l'on nous enviait devra être repensée car longtemps en avance dans la télématique, France Télécom va devoir s'adapter et adopter la norme Internet, faute de quoi le Minitel sera balayé.
Néanmoins, Internet devra faire face à un obstacle pour réussir sa percée : la culture française en la matière évolue lentement. En outre, un handicap important se présente : le coût des matériels qui permettent de se connecter. Si l'on ajoute à cela les difficultés à "surfer" sur le Web (ensemble des serveurs multimédias) pour obtenir les informations souhaitées, les Français ne s'emballent pas pour le moment, même si certains enfants sont formés à l'utilisation d'Internet à l'école.

Quel intérêt pour le simple particulier de visiter les jardins de l'Elysée, le musée de Caracas... ? Des revues non animées c'est vrai, accessibles à tous, peuvent très bien servir de support...et rapidement.

Est-ce vraiment une nécessité pour le supporter de l'équipe de football de Milan ou du Paris Saint-Germain de se connecter sur le site idoine pour connaître les dernières nouvelles de son club ?

Combien de personnes rechercheront le texte de la dernière chanson de Charles Aznavour ou de Patrick Bruel... ou désireront connaître les derniers potins d'une vedette du show biz...

Quel est l'intérêt de lire le Monde, Time et autres revues sur un écran ? Quel avantage de prendre connaissance des programmes de Canal Plus alors que nous sommes inondés de revues TV, parfois gratuites. Mais peut-être est-il intéressant de s'évader via Nouvelles Frontières en Thaïlande, au Népal, ou au Sénégal ?

Par opposition au Minitel, Internet présente encore des lacunes : on ne peut interroger ses comptes bancaires ou effectuer des opérations. On ne peut enregistrer une réservation. Impossible d'inscrire son enfant à une école ou remplir un dossier demande de bourse. Impossible également de connaître le résultat d'un examen et bien d'autres choses encore.

Avec ses 26000 serveurs, le Minitel a encore de l'avenir. Alors difficile d'entraîner les Français à "surfer" sur le Web, sachant que le handicap le plus important est le coût de l'investissement. Même si les temples de la consommation que sont les grandes surfaces proposent des matériels à des prix "écrasés", le coût de l'environnement informatique est de l'ordre 10000 francs !

C'est sûr, la France ne doit pas rester à la traîne, car le commerce électronique avance. C'est un enjeu formidable pour les entreprises. L'utilisation d'Internet sera de plus en plus au centre des activités commerciales. C'est surtout là qu'il aura un rôle à jouer. Ce réseau servira davantage aux entreprises qu'aux particuliers qui l'utiliseront plutôt comme gadget. Même l'E-mail (courrier électronique) restera inutilisé, sauf pour les inconditionnels, car les autres moyens de communication (téléphones mobiles, Fax...) deviennent accessibles en matière de prix et rendent la vie plus facile quand des personnes veulent communiquer entre elles.

Autre handicap : l'expansion risque d'être freinée par l'inertie de France Télécom qui voit d'un très mauvais œil l'immense perte de revenus que va générer le passage à Internet : les communications sont très chères (entre 0,75F et plus de 9F la minute !) alors que les connexions Internet sont facturées 0,25 F la minute !

Au registre des avantages, Internet permet aux grandes entreprises, bien que pour l'instant hésitantes, de communiquer et de présenter leur vitrine an quelque sorte.

Enfin, bien que le cadre ne soit pas encore définit, Internet sera utile pour l'enseignement.

Ah j'oubliais une révolution dont on parle peu : le FAX, dit autrement la télécopie. Ce formidable moyen de communication supplante et de loin Internet pour la transmission des informations écrites type courrier.

C. HOMBERT

novembre 1997