LA BATAILLE DE NORMANDIE

D DAY comme disent les Américains. C'est au cours de cette fameuse nuit du 5 au 6 juin 1944, qu’avec héroïsme et au sacrifice de leur vie, Américains, Anglais, Polonais et Canadiens ont débarqué simultanément sur les plages normandes pour libérer la France de l'oppression Allemande.

Au cours de l'opération appelée Overload, 13700 américains, 18500 britanniques, 5000 canadiens et plus de 600 polonais ont payé de leur vie la délivrance de notre pays.
Alors que les embarcations touchèrent à peine les côtes Normandes, des milliers de soldats n’ayant même pas mis pied sur le sol français, furent tués. Par la suite, beaucoup d’autres tombèrent durant les âpres combats.

Les nombreuses croix érigées dans différents cimetières nous rappellent ce sanglant débarquement historique.

Organisée il y a maintenant deux ans, la commémoration du cinquantième anniversaire de cette opération, est une marque de reconnaissance et de gratitude de la France envers ses alliés.

Dans le plus grand cimetière normand, celui américain d'Ohama Beach, 9386 croix sont parfaitement alignées. Sur une de leurs faces, est gravée le nom du soldat tué. Cette face est délibérément tournée vers la patrie du soldat.

Situé sur une hauteur, en bordure de mer, le cimetière est journellement visité par plusieurs centaines de personnes. Dès que l'on pénètre dans cette enceinte, on est surpris par le calme impressionnant qui y règne. Le cimetière est d'une propreté exceptionnelle, les pelouses et les arbres sont soigneusement entretenus. Les monuments nettoyés avec un soin tout particulier.

Au cours de la visite du mémorial, on ne peut s'empêcher de penser à ces hommes de 20 ans, d’origine du Texas, du Tennessee, de Floride, de l'Arkansas et autres états américains, venus libérer notre patrie de l'invasion allemande et qui ont perdu la vie au cours de l'opération.

Dans un silence religieux, les touristes arpentent les allées rectilignes avec une attitude digne, qui cache sans aucun doute une certaine émotion. Le recueillement des visiteurs est sincère. L'intérêt qu'ils portent à ces soldats américains venus du Nouveau Monde, enterrés sous leurs pieds, est sans conteste.

Cinquante ans ont passé. Léo Ferré dit dans une de ses chansons, "avec le temps tout s'en va". C'est phrase est malheureusement pleine de vérité. Une chose est sûre, la plaie est encore trop récente pour ces mères, qui jusqu'à leur mort, n'oublieront jamais la disparition de leur fils et à la profonde injustice qui les a frappées.

Pour les générations futures, il est impérieux et nécessaire de rappeler la folie meurtrière des hommes.

C’est malheureusement au prix de sacrifices humains qu’on acquiert la liberté. Une fois obtenue, il faut toujours se battre pour la conserver. Il existera toujours dans le monde des hommes pour la faire chanceler.


C. HOMBERT

Août 1997