LA FRANCE DE 2015

Un grand projet en chantier, cher à Charles Pasqua, ministre d'Etat, c'est l'aménagement du territoire. L'objectif du projet est de
désenclaver les communes en créant des structures routières ou ferroviaires, afin que ces communes trouvent un nouvel essor
économique, un dynamisme et une vitalité qu'elles sont en train de perdre.

Ces infrastructures de communication faciliteront les échanges des biens et des personnes et favoriseront les délocalisations des
entreprises vers la campagne. Les habitants des communes seront donc moins attirés par la ville pour y chercher du travail.

De tout temps, le monde rural a été captivé par les sirènes citadines, mais cette propension est devenue telle, qu'il est maintenant
devenu impératif de développer une politique d'aménagement du territoire pour rétablir l'équilibre des populations et ne pas laisser nos campagnes se désertifier.

La mobilité des capitaux et des emplois est rendue indispensable par notre système économique. Les échanges commerciaux
sans cesse en développement et les moyens de communication sont devenus des facteurs vitaux pour le développement de la croissance.

Il est grand temps de rééquilibrer l'espace dans lequel nous vivons et faire profiter toutes les régions de France de la croissance économique si nous ne voulons plus que les flux migratoires vers les mégalopoles accentuent la désertification de nos campagnes.

Les villageois veulent devenir citadins pas forcément pour habiter la ville, mais pour y travailler, trouver les avantages et les services qui font défaut dans l'espace rural (écoles, services publics, installations sportives, édifices culturels...)

Il est donc urgent pour redynamiser et revitaliser nos communes d'inverser cette tendance migratoire.

Pour ce faire, le développement des structures de transport s'avère indispensable. Il permettra la création de zones industrielles ou d'activités.
L'aménagement de ces zones créera donc des emplois et maintiendra sur place les citoyens.
Développer le travail dans les communes rurales peut paraître difficile, mais possible s'il y a un engagement collectif et une volonté politique.
Cette détermination traduite par des faits concrets, évitera les fermetures de bureaux de Poste, d'écoles ou centres administratifs...

La création de Communautés de Communes qui se met en place progressivement doit également permettre de réorganiser l'espace rural, mais elle aura également pour conséquence la disparition de centaines de petits villages dont les habitants restent accrochés.
A l'heure où l'on parle des difficultés des maires à gérer leur commune, on est en droit de penser que ces milliers de petites communes françaises seraient mieux gérées une fois regroupées. Mais les choses ne sont pas si faciles, car dans notre pays, les communes sont très dispersées sur le territoire et elles sont nombreuses (plus de 37000).
On garde tous en souvenir lors de visites estivales, ces petits villages de la France profonde dans lesquels on voudrait bien habiter.
Nous en sommes tous nostalgiques et l'idée de les voir disparaître ne nous enchante guère, car ce merveilleux patrimoine riche en culture et en histoire, constitué de maisons, de rues, d'édifices historiques, si pittoresques soient-ils, sera difficile à maintenir en l'état.

L'ère agricole est révolue, où tout au moins celle de la petite exploitation qui trouvait sa place dans le tissu rural.

Si la France a atteint le niveau économique qui fait sa force aujourd'hui, c'est grâce au labeur de nos parents et grands-parents, qui au travers les âges, ont travaillé péniblement sans avoir les loisirs que nous avons aujourd'hui. La meilleure preuve est que la France s'est hissée à la troisième place des nations les plus riches du monde.

Dans ces conditions, il est normal que les parents souhaitent pour leurs enfants un meilleur enseignement scolaire, plus de loisirs culturels ou sportifs, une égalité de chance, un métier sûr, bref, une autre vie que celle qu'ils ont eue.

Le chantier que va mettre en place Charles Pasqua portera-t-il ses fruits ?

C. HOMBERT
Août 1995