JOHNNY : UNE PASSION FRANCAISE


Le lendemain de la mort d’un des plus talentueux et le plus apprécié des écrivains français, Jean d’Ormesson, un autre illustre
personnage vient de s’éteindre également : Johnny Hallyday.

Le 6 décembre 2017 restera pour un bon nombre de français, une date ineffaçable dans leur mémoire : le chanteur le plus populaire et le plus charismatique est parti toucher le ciel, gommant du même coup, une partie des souvenirs de jeunesse de tous ceux qui l’ont aimé dans les années 60. Mais également, les fans des générations suivantes qui n’oublieront pas les mélodies du chanteur leur rappelant un moment de leur vie.
Emblème d’une jeunesse qui rêvait d’Amérique et de motos dans les années 60, il a su imposer son style et résister aux modes.
Il a donné plus de 3500 concerts, enregistré 50 albums et vendu plus de 110 millions de disques tout au long de sa carrière
qui aura duré 57 ans !

Abandonné par son père, ancien artiste volage et instable, puis par une mère qui n’avait pas d’argent, il fut élevé par son oncle,

artiste lui aussi. Il a été brinquebalé ici et là. Il racontait souvent qu’il n’a jamais reçu d’amour familial et qu’il avait souffert de
cette vie de bohème. Sa grande déception également était celle de ne pas avoir été à l’école. Certaines émissions télévisées
caricaturales ne se privaient d’ailleurs pas pour le railler ou le tourner en ridicule pour son manque de culture...
Il voulait devenir comédien. La vie en a décidé autrement. Beau garçon, il avait une belle voix. Il appris la guitare et commença

à chanter dans des cabarets. A l’époque le style musical, le rock and roll, n’était pas apprécié. C’était une musique de loubards,
une musique de bas étage... Pourtant, certaines personnes ont cru en lui et à cette nouvelle musique venue des Etats-Unis. La légende Hallyday venait de naître. Sa vie aura été tumultueuse. Sur le plan sentimental bien sûr mais il se distinguait aussi pour
sur ses frasques nocturnes. L’alcool, le tabac, et à un moment de sa vie la drogue, faisaient parti du personnage. Ses fans lui ont toujours pardonné ses écarts et ses extravagances.
Le succès grise et monte à la tête. Il aurait pu mal tourné, mais son envie de vivre et le pouvoir de s’exprimer sur scène ont toujours prévalu.

Malgré tous ses problèmes de santé dont il s’est toujours bien tiré, l’homme au coeur d’or a perdu son dernier combat : celui contre la mort.

Ces excès et sa grande consommation de tabac ont prématurément mis fin à sa vie à l’âge de 74 ans. Sous assistance respiratoire sur ses derniers moments, la mort faisait son lentement son œuvre…. Comme il disait dans une de ses chansons, « 20 ans », on est venu à vous de la bête… de la bête de scène qu’il était.
Lors de ses funérailles, la communion populaire autour de Johnny Hallyday n’a pas été une communion nationale : il a été plébiscité
par la France périphérique qu'il a fait rêver, mais il a été ignoré par l’establishment, ces gens bien pensants... et par la France issue de la diversité, notamment celle de l'immigration...
Malgré ce divorce, la cérémonie religieuse, organisée en l’église de la Madeleine à Paris, a été grandiose. Plus d’un million de personnes
était venu se masser dans les rues environnantes afin d’assister, via un écran géant, à l’office religieux. Différentes personnalités du monde artistique et le président de la république lui ont rendu un vibrant hommage.
Cette grande manifestation populaire, digne du chanteur qui a traversé plusieurs génération, a en outre réuni 700 « bickers » qui ont défilé
derrière son cercueil blanc, devant une foule recueilli et silencieuse.
Sa dernière épouse avait réussi pour la circonstance, à réunir les 2 clans de la famille. Nul doute, qu’après la représentation de façade,
et devant les énormes intérêts économiques en jeu, les futures discordes verront le jour et feront le bonheur des journaux people…
On entendra encore parler longtemps du chanteur….
Johnny a voulu être enterré au calme, loin de ses fans, sur l île de Saint Barthélémy dans les Antilles. Île peu fréquentée, sauf par quelques
privilégiés fortunés. Etant donné les difficultés logistiques pour y parvenir, peu de personnes iront se recueillir sur sa tombe.
Beaucoup s’interrogent : était-ce vraiment la volonté du chanteur de choisir ce lieu paradisiaque pour y être inhumé ? Pas sûr. Mais on
peut comprendre que son épouse l’ait souhaité ainsi pour ne pas exposer son caveau à ses fans et éviter les débordements.
Il est en moins déplorable qu’il ne repose pas dans le pays qu’il a tant aimé, tant adulé. C’est une offense, un outrage fait à tous ses fans, car à n’en pas douter, sa tombe aurait été inondée de fleurs pendant de nombreuses années, comme celle d’Elvis Presley à Graceland, toujours autant visitée et fleurie... 35 ans après sa mort.

C. Hombert – décembre 2017