COMMENT LE MONDE EST ORGANISÉ PAR LES TOUT PUISSANTS...

Selon une source tenue secrète, relayée par un consortium mondial de plus de 360 journalistes, issus d'une centaine de
rédactions différentes, une gigantesque affaire d'évasion fiscale mondiale vient d'être mise à jour.
Panama Papers. Telle est la dénomination de cette nébuleuse affaire, ayant pour pilier un cabinet d'avocats fiscalistes,
Mossack Fonseca, dont le siège social se trouve au Panama.

Son objectif est de créer des sociétés offshore (fictives), qui génèrent donc des comptes sur lesquels sont déposées d'énormes
sommes d'argent. Ces comptes étant tenus secrets, l’argent versé n'est donc pas déclaré. Ce cabinet d’avocats fiscalistes a pignon sur rue et opère en toute légalité depuis plus de 30 ans ! Une société offshore permet de dissimuler l'identité de son propriétaire, que son activité commerciale échappe aux juridictions fiscales. Il en existerait plus de 250000 !

Une liste non exhaustive de ces propriétaires, tout puissants de la politique, du monde du sport, des affaires ou de simples
particuliers fortunés a été publiée.

En France, Michel Platini, résident suisse et ex candidat à la sulfureuse F.I.F.A., était propriétaire d'une société qui n'avait
aucune activité commerciale. L'ancien président du FMI, Strauss Khan, a quand à lui possédé jusqu’à 38 sociétés écran !
Les noms de Patrick Balkani, le député maire des Républicains, et de l'homme d'affaire Patrick Drahi (SFR) sont également
sur la liste de détenteurs de comptes.

En Islande, le Premier Ministre, cité dans cette affaire, a préféré donner sa démission.
En grande Bretagne, c'est le premier ministre, David Cameron, qui vient de reconnaître l'existence d'un compte… enfin, celui que
son père lui avait légué….

En Russie, ce sont des amis intimes de Poutine qui possèdent des comptes ouverts au Panama.
En Inde, le Premier ministre Sigmundur Gunnlaugsson et son épouse figurent sur la liste de ceux qui possèdent des comptes offshore.
En Chine, le président Xi Jinpingle, qui avait construit sa réputation en prônant la transparence, s'est fait également épingler.
En Arabie Saoudite, c'est le roi Salmane qui est cité.
En Argentine, c'est le Président de la république, Mauricio Macri. Enfin, pas tout à fait puisqu'il était membre du directoire d'une
société offshore enregistrée au
x Bahamas.
Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, cachait une partie de sa fortune dans ce paradis fiscal.
Au Pakistan, le Premier ministre Nawaz Sharif, contrôle lui aussi des sociétés offshore.
En Ukraine, des personnes mandatées par le président Petro Porochenko, ont eu recours aux services de Mossack Fonseca
pour créer une société dans les Îles vierges britanniques.

Et la liste continue.
Pour le Congo, c'est le fils du président, Denis Sassou Nguesso et plusieurs autres personnalités africaines qui apparaissent
dans les "Panama papers". Le président de ce pays est également directeur général adjoint de la société nationale des pétroles.
Son nom apparaît dans les années 90 dans les fichiers de Mossack Fonseca.
Les noms du fils de Kofi Annan, l'ancien secrétaire général de l'O.N.U, et de John Kufuor, l'ex président ghanéen, ont également
ouvert des comptes.

D'autres personnalités, comme le ministre de l'Industrie algérien Abdeslam Bouchouareb, un général rwandais et la soeur
jumelle du président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, sont également cités.

Des milliers d’anonymes, de nombreux chefs d’état, des milliardaires, des grands noms du sport, comme le footballeur Messi,
des célébrités ou autres personnalités ont donc eu recours à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs. Ils sont maintenant
sous le coup de sanctions internationales. Enfin… s’il y a sanctions….

Des banques françaises, malgré leur démenti, ont participé elles aussi à cette grande évasion fiscale en facilitant les échanges
ou servant d'intermédiaires !

Plusieurs pays ont ouvert des enquêtes pour blanchiment. Nul doute : les dossiers seront bien vite refermés…
Cette liste démontre donc un système de blanchiment d'argent, issu probablement de la corruption.
Voilà comment le monde est organisé par les puissants, ceux qui nous gouvernent notamment. Ceux qui dominent le monde...
Comme ils sont de passage au pouvoir, la tentation et forte pour faire passer leurs intérêts personnel
s avant leurs convictions…
et d’acquérir ainsi des richesses non soumises à l’impôt...

Les partis politiques de tout bord dénoncent les paradis fiscaux depuis l'affaire Clearstream, qui avait défrayer la chronique
il y a quelques années. Ils promettent de les supprimer, mais la puissance financière veille :
les paradis fiscaux continueront d’exister….
Les hommes politiques renoncent bien vite à leurs promesses électorales et leurs serments : comme leurs prédécesseurs, ils
entrent dans le moule. La cupidité l'emporte souvent sur la sincérité...

A l’aune ce ce constat, il va être difficile de choisir un homme (ou une femme) qui fera bouger les choses...

C. HOMBERT
Avril 2016