FAIT COMME UN RAT

Devenu dément, il est mort comme il l’a souhaité : tragiquement, dans son pays à Syrte, sa ville natale.
Pourtant, il aura lutté jusqu’à son dernier souffle face à ses ennemis, ces chiens de révolutionnaires comme il les appelait...
Après avoir renversé par la force en 1969 le roi Idriss 1er, Mouammar Kadhafi est resté au pouvoir 42 ans !
S’octroyant le grade de colonel, il dirigea la Libye en véritable tyran. Il sut rallier les différentes factions religieuses
pour mieux asseoir son autorité et consolider son statut de chef d’état. La communauté internationale l’avait d’ailleurs
reconnu comme un chef légitime.
Il faut dire que son pays regorgeait de réserves de gaz et le pétrole, tant convoitées par les pays industrialisés…
Se disant être le guide de la révolution, il voulait défendre la Libye contre l’agression capitaliste et l’invasion occidentale….
Mais au fil des années, ce sanglant dictateur, ce névrosé, est devenu incontrôlable. Impliqué dans des attentats terroristes,
il a été à l’origine en 1988 de l’explosion en plein vol d’un Boeing de la Pan Am à Lockerbie en Ecosse. Bilan : plus de 270 morts !
Il initie un autre attentat sur la liaison Paris Brazzaville, faisant 170 morts ! Il soutient et finance les groupes terroristes dans le
monde, notamment le Hamas.
Toujours aussi agressif et provoquant la communauté internationale, il menace d’attaquer des navires de guerre américains
positionnés non loin de son pays. C’en est trop : les U.S.A. bombardent préventivement Tripoli et Benghazi. Blessé, il s’en sort
miraculeusement, mais pas sa fille adoptive.
Paranoïaque, il vivait sous des tentes pour éviter les raids aériens et autres agressions. Non content d’exercer son pouvoir
tyrannique, cet illuminé s’accapare pendant son règne, de la totalité des entreprises du pays. Il place des milliards de dollars
dans de nombreux pays étrangers et dans des sociétés immobilières notamment.
Certains de ses avoirs sont maintenant gelés, mais il sera difficile au nouveau pouvoir en place de récupérer la totalité de
l’immense fortune engrangée tant les placements sont complexes et diversifiés.
Obsédé sexuel, il avait son propre harem et n’hésitait pas au cours de ses visites dans les régions de son pays à sélectionner
lui même, les jeunes filles. Emprisonnées, il les droguait pour les rendre plus soumises.
Il n’avait pas confiance à son armée, aussi, il avait sa propre garde rapprochée, composée de mercenaires étrangers et
parfois de femmes….
Toujours aussi cruel et sanguinaire, il assistait chaque année dans une ville différente, aux pendaisons publiques de dissidents.
Mais après 42 ans d’asservissement et de pouvoir sans partage, le peuple Libyen s’est enfin révolté. A cause de l’oppression
bien sûr, mais grâce aux nouvelles technologies de communication : les réseaux sociaux.
En effet, les réseaux sociaux d’Internet ont permis au peuple de coordonner les actions pour organiser la rébellion.
La révolte a commencé à Benghazi pour s’étendre à d’autres grandes villes, notamment Misrata et enfin, à Tripoli la capitale.

Grâce à la diplomatie française, l'O.T.A.N. est entrée en action. Mandatée par les Nations Unies, elle a effectué des frappes
aériennes sur les forces militaires libyennes, qui avec son aviation, tirait des missiles et envoyait des bombes sur le peuple !
Très vite, sur l'insistance de la France, les forces de la coalition internationale ont maîtrisé l'espace aérien libyen et ont annihilé
toutes tentatives d'actions militaires ordonnées par Kadhafi. Les forces d'opposition ont progressivement reconquis le pays.
Après quelques mois de résistance, le régime est tombé.
Mais le dictateur lutte jusqu’au bout. Il résiste à ses opposants et lors d’une ultime attaque, il se réfugie dans une bouche d’égout !
Fait comme un rat, il est vite délogé et le lynchage commence. La vindicte populaire explose après 42 ans d’hostilité, de rancœur
et de haine. Insulté, frappé, il est enfin abattu par ceux qu’il considérait comme des rats...
Fin rocambolesque pour ce tyran à qui on déroulait le tapis rouge partout dans le monde il n’y a pas si longtemps….
Un tyran est mort pratiquement lapidé. Justice a été rendue. Mais les blessures provoquées par les forfaitures et les exactions
de ce névrosé et schizophrène, resteront pour toujours gravées dans la mémoire des Libyens.

C. HOMBERT - octobre 2011