INDIFFERENCE

Trois actes criminels viennent d'avoir lieu en l'espace d'un mois. Le premier en Angleterre, à Bradford plus précisément, où,
au cours d'un match de football, des supporters éméchés, violents de surcroît, ont mis le feu à une tribune en bois que l'on trouve
encore couramment dans les stades britanniques.

Le bilan de ce geste stupide et imbécile est très lourd, puisque l'on a compté plus de quatre vingt morts et de nombreux brûlés.
Tandis que s'organisaient les secours, il était stupéfiant de voir à la télévision - qui était présente pour la circonstance - tous ces
jeunes supporters anglais exubérants, joyeux et contents du spectacle qui leur était offert. Au lieu de faire preuve de civisme, et
d’aider les secouristes, ces jeunes s'égaillaient allègrement sur la pelouse.

Cette joie apparente contrastait avec le sinistre incendie qui faisait rage et cette vision choquante avait quelque chose d'irréel
et de fantasmagorique !

Par cette action provocante, qu'attendaient donc les incendiaires ?

A quelques jours d'intervalle, un autre acte criminel a été perpétré dans le cadre d'une manifestation sportive :
la finale de la coupe d'Europe de football des clubs champions.

Le match se déroulait à Bruxelles. Peu avant le coup d'envoi, des supporters anglais, armés de barres de fer ou d'objets contondants, ont violemment attaqué leur homologues italiens, en les accumulant contre un mur de protection.
Pris de panique et sous la pression des supporters déchaînés, des malheureuses victimes ont été piétinées, étouffées et écrasées.

Là encore le bilan a été lourd, puisqu'on a dénombré trente huit morts et plus de trois cent blessés.

Le spectacle que plusieurs millions d'Européens regardaient en direct à la télévision était hallucinant. Tous ces corps enchevêtrés, ces cris de souffrance, ces hordes de voyous déchaînés qui n'en finissaient pas de s'attaquer aux forces de l'ordre, avaient quelque chose de révoltant.

Mais qui était responsable du massacre ? La police pratiquement inexistante sur le terrain ? La fédération internationale de football
qui régente ce sport ? L'Angleterre, donc les ressortissants étaient les protagonistes ? Tout le monde va bien entendu rejeter la responsabilité sur l'autre et malheureusement ce crime collectif restera impuni.

Le troisième acte criminel s'est déroulé à Marseille.

Peu de temps après la tragédie de Bruxelles, des gangsters ont fait exploser un véhicule blindé d'une société de transport de fonds, tuant sur le champ les deux convoyeurs.
La déflagration a été tellement puissante, que les billets de banque se sont dispersés sur la chaussée. Et que pensez-vous que firent les badauds qui se trouvaient là par hasard ? Eh bien avec une désinvolture incroyable et une indifférence totale, ils essayaient de récupérer les billets qui n'avaient pas trop souffert de l'explosion, tandis que la police venait régler la circulation et faire les premières constations d'usage !


C. HOMBERT
Mai 1985